Vivre avec des Bergers russes, quelle aventure !

On dit de son animal favori qu'il est le meilleur d'entre tous. Chacun porte aux nues le chien qu'il aime et avec lequel il partage sa vie, ses amis, sa maison. Que l'on parle de sa race préférée ou de son compagnon personnel, on a toujours tendance à lui attribuer toutes les qualités. On n'est jamais objectif en parlant de ceux qu'on aime. Depuis de nombreuses années, nous avons vu grandir et se développer nos chiens. Nous avons voulu vous faire part de quelques observations.

Concernant leur éducation
D’une manière générale, les femelles semblent avoir un caractère assez souple et obéissent assez facilement. En revanche, le mâle semble plus têtu. A partir de six mois, son caractère s'affirme : il a tendance à vouloir s'imposer aux femelles et aux autres mâles, quel que soit leur statut hiérarchique et hors de son territoire. Cette période est normale dans la construction de son caractère. Chez un humain, elle correspond à l'adolescence. De même, n'oublions pas que le Youjak est un chien dominant. C'est au chef de meute, à savoir le maître, de restreindre ses velléités de domination et de le maîtriser en toutes circonstances.
En grandissant, le Youjak gagne en maturité. Son comportement s’affirme. Dans la meute, les relations s’organisent et se hiérarchisent.

Les relations avec l'humain
Comme beaucoup de grands protecteurs, le Berger russe divise le monde en deux catégories : la famille et le territoire proche… et le reste. De par son caractère, il est indifférent personnes inconnues ! En dehors de son territoire, il ne va pas vers eux spontanément et ne se laisse pas facilement toucher.
Attention donc aux tentatives de caresses quelque peu envahissantes...
   
C’est un chien à la fois distant et affectueux. Distant, parce qu'il est capable de rester plusieurs heures loin de son maître, à monter la garde. Il faut savoir l'accepter !
Affectueux, parce qu'il est comme tous les mammifères sociables : il alterne lors de son développement des périodes de jeu, de calme, de garde et de câlins.
Ces derniers sont très importants. Le chien a besoin d'être reconnu par son maître. Il ne doit surtout pas être repoussé lors de ces séances, au cours desquelles il manifeste une tendresse parfois envahissante. Nos quatre chiens n'échappent pas à la règle : ils n'hésitent pas à grimper dans le canapé dans lequel vous comptiez regarder tranquillement la télévision, pour réclamer des caresses ! C'est un moment privilégié dans la relation avec eux. Le « charme slave » produit alors son effet…
En revanche, les caresses doivent cesser lorsque vous l'avez décidé. Vous êtes le maître et vous devez le rester !

Cet équilibre doit se retrouver aussi à l'extérieur du territoire : il est hors de question de présenter en exposition canine des chiens tristes, dominés, la truffe irrésistiblement attirée par le sol. Le Berger russe est certes un chien calme, mais fier.

 

Page mise à jour le 27 juillet 2013